You are currently viewing STRESS, ANGOISSE, ANXIÉTÉ… QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ?

STRESS, ANGOISSE, ANXIÉTÉ… QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ?

1. STRESS, ANGOISSE, ANXIÉTÉ…ET LA PEUR.

Stress, angoisse, anxiété, ce sont des notions qui reviennent au quotidien lors des consultations de sophrologie ou d’hypnose à mon cabinet.

Rien d’étonnant, car selon l’étude réalisée par l’IFOP pour un média indépendant « Mes bienfaits » en mars 2022, 95 % des Français se déclarent stressés ou anxieux. Les sources de nos angoisses sont nombreuses aussi bien dans la vie personnelle que professionnelle.

Stress, angoisse, anxiété, nous utilisons donc ces termes très souvent, presque de façon interchangeable pour décrire notre mal-être. Il existe pourtant des différences notables entre ces trois notions et nous allons essayer d’y voir plus clair au fil de cet article.   

Mais tout d’abord, le point commun du stress, de l’anxiété et de l’angoisse, c’est tout simplement cette émotion primaire que tout le monde connaît, la peur.

La peur est une réaction naturelle et saine, une réponse de notre organisme face à une menace, une réaction involontaire devant un danger réel ou perçu comme tel.

Dans notre cerveau, l’amygdale s’active, les hormones telles que l’adrénaline et le cortisol se sécrètent et notre système nerveux autonome prépare notre organisme à affronter ou à fuir le danger.

Mais la peur peut s’exprimer de façon très diverse, elle peut être réelle ou imaginaire, plus ou moins intense, ponctuelle ou permanente, latente. Parfois, elle nous empêche de vivre normalement, et est à l’origine de troubles émotionnels tels que le stress chronique, l’anxiété, les crises d’angoisses, les phobies, les TOC et tant d’autres.

Il est donc important de prendre conscience de ce qui nous arrive réellement afin de reprendre le contrôle de nos émotions et si nécessaire d’apporter une réponse thérapeutique ou médicale.

2. STRESS – UNE RÉACTION NATURELLE DE L’ORGANISME

Stress angoisse anxiété, stress le premier degré face à nos peurs

Le stress est le premier degré des manifestations psychologiques face à un danger.

C’est une réaction naturelle physiologique déclenchée par l’organisme face à un événement réel ou une menace psychologique.

Le stress est vécu dans l’instant présent et face à une situation réelle.

Nous parlons parfois du « bon stress », car le stress naturel est une sorte de dispositif de « vigilance positive ». Il permet de mobiliser toutes nos ressources, notre concentration, notre énergie pour affronter une situation extérieure que nous percevons comme perturbante, menaçante.

Le stress peut être déclenché par exemple par un accident de voiture, un examen important, une dispute ou une réunion décisive au travail.

Il reste limité dans le temps et son objectif est de nous garder en alerte afin de nous protéger contre un éventuel danger physique ou psychologique.

Mais chaque personne répond différemment au stress, et cela, en fonction des capacités d’adaptation dont elle dispose, et des automatismes mis en place par le mental dans le passé.

Le « mauvais stress » engendre « l’hypervigilance » et impacte considérablement les ressources de notre organisme, provoquant toutes sortes de maux et réactions désagréables.

Le rythme cardiaque et la fréquence respiratoire augmentent, nos capacités cognitives diminuent.

Si le stress se répète et se prolonge, il devient chronique. Le stress chronique épuise notre organisme physique et psychique. Notre corps est impacté et nos émotions deviennent incontrôlables (colère, tristesse, frustration). Ce stress pathologique affaiblit notre système immunitaire, dérègle notre système hormonal et peut devenir l’origine de diverses pathologies physiques et psychiques graves, parmi lesquelles, les tensions musculaires, les cancers, l’anxiété, la dépression.

Comment agir concrètement pour vaincre le stress naturellement ?

Pour commencer, je conseille d’adopter une bonne hygiène de vie : dormir bien et suffisamment, avoir une bonne alimentation, faire de l’activité physique, sortir dans la nature, diminuer la consommation d’alcool et de caféine, utiliser des techniques de relaxation, comme la méditation ou le yoga et bien sûr pratiquer la sophrologie, car c’est une méthode qui vous apprend à gérer le stress naturellement et même à en faire votre force.

3. ANXIÉTÉ – UNE SENSATION D’INQUIÉTUDE DURABLE

stress, angoisse, anxiété, anxiété et comment apprendre à la vaincre

L’anxiété est un trouble émotionnel qui se manifeste par un sentiment d’insécurité permanent.

On peut parler d’un état, d’une nature anxieuse, d’un état de vigilance chronique.

L’anxiété est du domaine du mental, la menace est imaginaire.

Une personne anxieuse anticipe un danger futur, à travers les pensées négatives, pour se donner l’impression de pouvoir contrôler les évènements à venir.

A travers le filtre de la peur, l’anxiété est nourrie avec l’anticipation « et si … plus les pensées négatives ».

Et plus l’anxiété est nourrie par des peurs inexistantes et irréelles, plus elle devient chronique et pathologique.

Or notre vie est remplie d’imprévus et la seule façon de contrer l’anxiété est d’accepter le fait qu’on ne peut pas tout contrôler dans notre avenir.

Encore une fois, comme dans le cas du stress, l’anxiété à faible dose est un « phénomène naturel ». Elle sert à prendre toutes les précautions pour éviter les risques, elle peut inciter à agir ou chercher des solutions. Dans ces cas-là, l’anxiété est utile et passe comme elle est venue.

Toutefois, lorsque l’anxiété s’installe dans la durée, elle peut devenir une réelle souffrance et affecter considérablement notre fonctionnement quotidien. L’état anxieux resurgit alors à la moindre perturbation et on ressent une pression physique et psychique constante.

Les inquiétudes deviennent irréalistes et excessives, leur intensité est exagérée.

Lorsque tous les domaines de la vie sont affectés par l’anxiété, on parle d’anxiété généralisée ou pathologique. C’est le cercle vicieux qui s’installe avec les phobies, les TOC et autres troubles anxieux.

L’anxiété se manifeste de diverses façons et elle peut être vraiment invalidante :

Troubles du sommeil, maux de tête, palpitations cardiaques, troubles digestifs, tensions musculaires, transpiration excessive, bouffées de chaleur ou frissons, sentiment de perte de contrôle, inquiétude irrationnelle, fragilité émotionnelle (irritabilité, agressivité, colère, tristesse…), sentiment de culpabilité, frustrations, ruminations, problèmes de concentration, faible estime de soi, procrastination et tant d’autres.

Selon David Lefrançois, l’anxiété est causée par 5 facteurs : les changements dans la routine, un rythme de vie trop soutenu, des objectifs dans la vie qui ne sont pas aboutis, le vieillissement et la mort et enfin la solitude.

Si vous êtes anxieux, posez-vous donc la question : quelle est la cause de mes inquiétudes ?

Gérer l’anxiété, c’est avant tout agir sur les pensées négatives et modifier les mécanismes d’évitement et de contrôle.

– Imaginez les événements futurs avec « et si… plus les pensées positives ». Soyez bienveillant avec vous-même, diminuez vos attentes ou vos exigences. Acceptez l’imperfection et dites-vous que vous allez faire de votre mieux. Rationalisez vos pensées.

– Evitez l’évitement, affrontez vos peurs et les situations anxiogènes, pas à pas, pour reprendre confiance en vous et pour atténuer progressivement le sentiment d’anxiété jusqu’à le faire disparaître définitivement.

– Apprenez à lâcher prise, acceptez que la vie soit faite d’imprévus. Même en anticipant tout dans les moindres détails, vous n’avez aucune garantie que l’événement se déroule comme prévu.

– Relaxez-vous, méditez, sortez dans la nature, vivez dans le moment présent.

– Et si besoin consultez un thérapeute, pratiquez la sophrologie ou l’hypnose pour comprendre et modifier votre état émotionnel.

4. ANGOISSE – UNE CRISE INTENSE MAIS PONCTUELLE

Stress Anxiété Angoisse, apprendre à maîtriser une crise d'angoisse

L’angoisse, quant à elle, est liée à des sentiments plutôt qu’à des événements. Elle est du domaine du mental. Elle peut donner lieu à des crises.

C’est une peur intense, une sensation soudaine d’un désarroi sans fin, une forme d’anxiété poussée à l’extrême, caractérisée par des manifestations somatiques intenses.

C’est une expérience psychologique déstabilisante dont il est parfois difficile d’identifier l’élément déclencheur. La personne ressent un mal-être intérieur mais elle n’arrive pas à le nommer.

Du fait de son caractère confus, l’angoisse est parfois cachée et vécue en silence.

Elle est souvent confondue avec des douleurs physiologiques : les problèmes respiratoires, l’angine de poitrine, les maux d’estomac.

L’exemple de cette jeune femme de 30 ans qui appelle l’ambulance pensant qu’elle fait une crise cardiaque suite à une situation psychologiquement insoutenable vécue sur son lieu de travail.

L’angoisse est souvent associée à un sentiment de perte de contrôle.

Un autre exemple, celui d’une jeune élève qui fait une crise d’angoisse à l’école dans sa classe alors qu’elle doit être interrogée. Elle est tétanisée à l’idée de parler devant toute la classe. Elle perd le contrôle de ses réactions physiologiques et psychologiques. Elle se réveille à l’hôpital et ne se souvient de rien.

Ainsi, contrairement à l’anxiété, l’angoisse s’accompagne toujours d’une réponse physique de notre organisme. Elle fait partie des troubles anxieux.

Les symptômes de l’angoisse sont très nombreux et varient d’une personne à l’autre :

Gêne respiratoire, oppression thoracique, accélération du rythme cardiaque, tremblements, transpiration excessive et incontrôlable, sensation de boule dans la gorge ou dans le ventre.

Il est difficile d’arrêter une crise d’angoisse une fois le processus mental et physiologique enclenché. Le raisonnement et la restructuration de la pensée ne suffisent pas.

L’angoisse nécessite beaucoup d’attention en amont.

On apprend à la gérer lorsqu’on se sent bien, on met en place des stratégies pour prévenir la crise.

Ensuite, il est primordial de prendre conscience de l’angoisse avant que la crise ne survienne, d’écouter les informations envoyées par notre système émotionnel, de respirer en conscience et adopter les stratégies apprises avant.

5. REPRENDRE CONTRÔLE DE SES PEURS

Stress, angoisse, anxiété… Commencez par accepter qu’il soit normal d’avoir peur.

C’est une émotion naturelle, une indication sur notre état d’esprit, notre attitude face à la vie.

Posez-vous ensuite la question sur la raison de vos peurs. Rationalisez-les, nommez-les et affrontez la réalité en faisant de votre mieux.

Si vous êtes souvent stressé, anxieux, angoissé, profitez des moments où vous vous sentez bien pour apprendre à mieux vous connaître, pour prendre conscience de votre fragilité, pour apprendre à respirer paisiblement, en conscience, et pour mettre en place des stratégies qui vont vous apaiser au quotidien.

Le silence, la nature, la lecture, le coloriage, les puzzles ou encore la méditation sont des moyens simples pour calmer ses émotions et notamment ses peurs et angoisses.

Vous pouvez aussi décrire ou dessiner vos peurs…

Et si besoin, faites-vous aider par un thérapeute, pratiquez la sophrologie, l’hypnose ou d’autres thérapies brèves qui ont fait leur preuve dans la gestion du stress et des troubles anxieux.

Le stress chronique, l’anxiété ou l’angoisse non traités peuvent évoluer vers le burnout ou la dépression.

Dans tous les cas, ne restez pas sans rien faire.

Vous pouvez vous en sortir car vivre avec l’anxiété n’est vraiment pas réjouissant.

Prenez-en conscience et ensuite affrontez votre vie en personne responsable, faites face à la réalité.

Dites-vous aussi que vous n’êtes pas seul à vivre cette situation.

Stress, angoisse, anxiété… Parlez-en avec un proche ou un professionnel, cela peut être un bon début !

Pour compléter votre lecture, je vous invite à lire mon article donnant les techniques précises pour gérer le stress et l’anxiété.

Vous pouvez également regarder cette vidéo de David Lefrançois qui propose une présentation très complète sur l’anxiété

Laisser un commentaire